Archives par mot-clé : Iffer

Mission au Maroc dans le cadre de la mise en place du Transect Maghreb

À la suite de la mission réalisée fin février en Tunisie, un court séjour de reconnaissance a été organisé au Maroc par notre collègue Larbi Boudad de l’Université Moulay Ismail (Faculté des Sciences à Meknes, en présence d’Amor Bkairi (CGMED Tunis).

Une première journée d’excursion sur la côte Nord-Ouest du Maroc nous a notamment conduit à la plage de Témara, puis à la lagune de Sidi Boughaba, vestige de l’une des dernières zones humides de la côte. Le lac, au sud de l’embouchure du fleuve Sebou, s’étend parallèlement à la côte atlantique, entre deux dunes.

Plage de Témara
Plage de Témara
Lagune sidi Boughaba
Lagune sidi Boughaba

 

Au sud-ouest de Témara, le site de Rouazi, à Skirat, est connu pour ses occupations néolithiques (amas coquillers) qui se développent sur plusieurs kilomètres le long du littoral.

Le site Rouazi à Skhirat
Le site Rouazi à Skhirat

 

Le site de  Rouazi
Le site de Rouazi
Le site de  Rouazi
Le site de Rouazi

La journée du 1er Mars a été consacrée à la visite des lacs du nord du Moyen Atlas, dans la région d’Ifrance. Le dayet Afourghagh (d’une surface d’environ 24ha) est situé à 1380 m d’altitude. Il est entouré d’une prairie humide très rase et de chênes verts.

Moyen atlas : le lac Afourghagh

Moyen atlas : le lac Afourghagh

De forme circulaire, le lac Iffer est implanté à environ 1530m d’altitude.

Lac Iffer
Lac Iffer

 

Le lac Iffer
Le lac Iffer

 

Le lac Iffer
Le lac Iffer

Le lac Daït Ifrah est l’un des plus grands lacs de la région ; il connaît d’importantes fluctuations selon les années et les saisons. Il est essentiellement alimenté par la nappe phréatique, les eaux de ruissellement et la fonte des neiges. Il est entouré par une prairie humide très rase, dépourvue de végétation émergente. Plus loin des rives du lac se développe une couverture forestière de chênes verts.

Daït Ifrah
Daït Ifrah